Connexion / Inscription Account

Le lancement des services de cloud public, survenu il y a un peu plus d'une dizaine d'années, a marqué le début d'un bouleversement radical des principes fondamentaux des architectures informatiques. C'était une évolution naturelle. Les premiers services SaaS ont vu le jour vers la fin des années 1990 et les machines virtuelles (présentes depuis les années 1970) sont devenues un moyen de plus en plus répandu d'optimiser les ressources des serveurs physiques. Cependant, ces machines virtuelles et les SaaS s'appuyaient toujours sur une infrastructure informatique traditionnelle, basée sur des systèmes physiques dans des salles de serveurs et des datacenters.

Les clouds publics ont apporté une nouvelle architecture décentralisée avec des services intégrés et des catalogues en libre-service. Leur adoption a modifié la nature des infrastructures informatiques. Selon notre rapport Global Tech Outlook 2021, la majorité des clients Red Hat ont une stratégie cloud qui repose sur un ou plusieurs clouds publics et 17 % d'entre eux suivent une stratégie de cloud privé.

Les services cloud soulèvent cependant d'autres difficultés pour les administrateurs de systèmes (ainsi que pour les responsables informatiques qui planifient les projets ou gèrent les budgets), car les facteurs qui facilitent tellement l'adoption du cloud en compliquent également la gestion.

L'avènement du cloud

Avec le lancement du premier cloud public en 2006, certaines entreprises ont commencé à modifier en profondeur leur approche de l'informatique. Il est alors devenu possible de développer et déployer des applications sur des ressources totalement extérieures à l'infrastructure physique de l'entreprise, et ce, à une rapidité et à une échelle impensables à l'époque où l'achat et l'approvisionnement des systèmes s'effectuaient dans un datacenter.

Avec le public cloud (et aujourd'hui avec les conteneurs), une grande partie du travail de réflexion et de planification lié aux infrastructures physiques disparaît purement et simplement. Un grand nombre de fonctionnalités associées aux infrastructures physiques, comme la mise en réseau et le stockage, peuvent être gérées de manière native dans le cloud. En outre, grâce à la grande facilité d'utilisation et à la simplicité de configuration, les nouveaux projets peuvent être déplacés plus facilement vers des environnements cloud.

Toutefois, cette facilité de déploiement et l'accès simplifié aux services natifs présentent aussi des inconvénients. Certains des facteurs qui facilitent le déploiement de nouvelles instances compliquent également la gestion de ces services en raison de l'absence de contrôle centralisé, par exemple pour configurer l'authentification des utilisateurs et des services dans plusieurs clouds, ou pour gérer l'accès aux données et leur sécurité. Même les tâches d'administration de base, comme l'application des correctifs, deviennent beaucoup plus difficiles à cause de l'architecture distribuée et complexe du cloud.

Plusieurs facteurs expliquent cette complexité. Voici les problèmes les plus souvent évoqués :

  • Des outils imposés par certains fournisseurs, ce qui nuit à la cohérence de la gestion des clouds de différents fournisseurs

  • Des difficultés à migrer les charges de travail vers le cloud ou entre les instances cloud

  • L'identification et la gestion de l'utilisation des ressources dans les clouds, en particulier pour les ressources inutilisées

  • La gestion des images de base

  • La définition des basculements

  • La mise en œuvre de politiques de sécurité, notamment pour l'accès des utilisateurs, l'application de correctifs pour les CVE (Common Vulnerabilities and Exposures) et les paramètres de sécurité applicables aux instances

L'une des anciennes leçons tirées des datacenters reste valable pour les environnements cloud : la standardisation. 

Standardisez et simplifiez

HCI-General-Blog-thumbnail.pngLes environnements informatiques distribués sont nécessairement complexes. En réduisant cette complexité dans la mesure du possible, vous pourrez augmenter l'efficacité opérationnelle de vos équipes, améliorer la mise en œuvre des mesures de sécurité et optimiser l'utilisation de vos ressources (ce qui peut vous aider à contrôler vos dépenses liées au cloud).

Les environnements d'exploitation standard ont trois grands objectifs :

  • Renforcer la sécurité

  • Simplifier les processus de maintenance

  • Automatiser les tâches de gestion courantes

Dans un environnement d'exploitation standard, le système d'exploitation, la configuration et les applications ou services forment une image qui est déployée dans plusieurs infrastructures, par exemple des machines virtuelles ou le cloud (voire des conteneurs).

L'utilisation d'un environnement standard vous permet de tirer parti des outils intégrés des fournisseurs de cloud. Vous pouvez aussi utiliser des outils de gestion externes (tels que Red Hat Insights), surveiller les écarts de configuration, rechercher d'éventuelles vulnérabilités et redéployer des versions corrigées si nécessaire. Tout cela de manière cohérente et fiable afin que vos équipes informatiques puissent agir à grande échelle.

La standardisation peut être une stratégie pour l'adoption du cloud, car les avantages d'un environnement d'exploitation standard contrebalancent les difficultés liées à la gestion du cloud. 

Suivez une stratégie cloud bien déterminée

Comme on parle souvent de stratégie de cloud hybride, il peut être utile de préciser de quoi il s'agit. C'est une approche qui implique de faire certains choix en amont dans le but d'ajouter de nouveaux environnements cloud avec des exigences et des objectifs clairement définis. 

L'un des grands atouts du cloud est sa flexibilité, mais une approche irréfléchie de la configuration des instances et du déploiement des charges de travail peut rendre les environnements cloud plus fragiles et difficiles à gérer en raison de problèmes de gestion et de configuration des utilisateurs et des données, sans oublier les risques liés à la conformité. 

La standardisation rend votre infrastructure cloud plus flexible, ce qui facilite les modifications et vous permet de réorienter votre stratégie rapidement, en limitant les temps d'arrêt et les interruptions de service.

Lorsque l'infrastructure se développe au-delà du cloud et se rapproche de l'edge computing, de l'intelligence artificielle et d'autres nouvelles technologies, il devient essentiel de pouvoir s'appuyer sur ces bases à la fois stables et flexibles. 

La standardisation n'est pas une approche récente, mais elle peut constituer la stratégie cloud adaptée pour votre entreprise.


About the author

Deon Ballard is a product marketing manager focusing on customer experience, adoption, and renewals for Red Hat Enterprise Linux. Red Hat Enterprise Linux is the foundation for open hybrid cloud. In previous roles at Red Hat, Ballard has been a technical writer, doc lead, and content strategist for technical documentation, specializing in security technologies such as NSS, LDAP, certificate management, and authentication / authorization, as well as cloud and management.