Cloud computing

Quelle est la différence entre le cloud computing et la virtualisation ?

La virtualisation est une technologie qui sépare les fonctions du matériel. Le cloud computing, quant à lui, s'appuie sur cette séparation. Il est facile de les confondre, car il s'agit dans les deux cas d'une création d'environnements utiles à partir de ressources abstraites.


Comparaison concrète

Avec la virtualisation, une ressource peut jouer le rôle de plusieurs ressources, tandis qu'avec le cloud computing, différents services (via un cloud privé) ou entreprises (via un cloud public) ont accès à un même ensemble de ressources qui sont approvisionnées de manière automatique.

La virtualisation

La virtualisation est une technologie qui vous permet de créer plusieurs environnements simulés ou ressources dédiées à partir d'un seul système physique. Son logiciel, appelé hyperviseur, est directement relié au matériel et vous permet de fragmenter ce système unique en plusieurs environnements sécurisés distincts. C'est ce que l'on appelle les machines virtuelles, ou VM. Ces dernières exploitent la capacité de l'hyperviseur à séparer les ressources du matériel et à les distribuer convenablement.

Le cloud computing

Le terme « cloud computing » désigne un ensemble de principes et d'approches visant à mettre à la disposition d'utilisateurs qui en font la demande, quel que soit le réseau, des ressources de calcul, de réseau et de stockage, ainsi que des services, des plateformes et des applications. Ces ressources d'infrastructure, services et applications proviennent d'un cloud, c'est-à-dire d'un pool de ressources virtuelles orchestrées par des logiciels de gestion et d'automatisation et accessibles à la demande via des portails en libre-service. Ces ressources sont dimensionnées automatiquement et allouées de façon dynamique.

VirtualisationCloud computing
DéfinitionTechnologieMéthodologie
ObjetCréer plusieurs environnements simulés à partir d'un même système physiqueRegrouper et automatiser des ressources virtuelles pour une utilisation à la demande
UtilisationFournir des ressources en paquets à des utilisateurs spécifiques pour une tâche spécifiqueFournir des ressources variables à des groupes d'utilisateurs pour diverses tâches
ConfigurationÀ partir d'une imageÀ partir d'un modèle
Durée de vieAnnées (long terme)Heures ou mois (court terme)
CoûtDépenses d'investissement élevées, dépenses d'exploitation faiblesCloud privé : dépenses d'investissement élevées, dépenses d'exploitation faibles
Cloud public : dépenses d'investissement faibles, dépenses d'exploitation élevées
ÉvolutivitéÉvolutivité verticaleÉvolutivité horizontale
Charge de travailAvec étatSans état
Type d'architectureClient uniqueMulti-client

Quelle option choisir ?

Virtualisation

Avec la virtualisation, les entreprises peuvent être plus performantes que lorsqu'elles utilisent des workflows traditionnels ou des applications installées directement sur leurs serveurs. Ces entreprises peuvent bénéficier d'un environnement sécurisé en exploitant leur propre matériel et des logiciels gérés par leur équipe informatique. Les produits de virtualisation destinés aux professionnels sont tout à fait compatibles avec les charges de travail classiques, car ils permettent d'exécuter des instances virtuelles des logiciels obsolètes auxquels ces charges de travail sont liées.

Avec la virtualisation, les entreprises sont en mesure de créer davantage d'environnements et de ressources à partir du matériel sous-utilisé. Elles peuvent distribuer la capacité de traitement des processeurs, le stockage et la mémoire dans différents environnements, ce qui revient à ignorer les installations physiques et à exploiter leur matériel de façon standardisée. Les environnements virtuels sont également protégés d'eux-mêmes. Les développeurs peuvent héberger leurs sandbox sur le même serveur physique tout en les isolant des programmes non autorisés ou non contrôlés.

Cloud privé

Les clouds privés permettent aux entreprises de rendre leurs ressources disponibles à la demande tout en respectant des règles de sécurité ou des réglementations qui exigent des accès limités, un chiffrement complexe et une responsabilisation générale concernant la provenance des ressources. Les clouds privés sont plus adaptés aux charges de travail sans état, faiblement couplées, caractéristiques d'activités comme le développement, la recherche et les télécommunications.

Une fois qu'une entreprise a virtualisé ses ressources, elle peut utiliser des outils Open Source comme OpenStack® pour déployer en toute simplicité des clouds privés. La technologie OpenStack s'appuie sur des API (interfaces de programmation d'application) pour isoler ces ressources virtuelles et les héberger dans des pools individuels utilisés par les outils standard de cloud computing. Les principaux projets OpenStack prennent en charge toute l'infrastructure nécessaire pour établir un environnement de cloud computing : calcul, réseau, stockage, gestion des identités et images.

Cloud public

Avec un cloud public, les entreprises peuvent diminuer leurs investissements relatifs au matériel et aux équipes de gestion, puisque toutes les ressources sont détenues et gérées par un fournisseur tiers. Les entreprises ne sont pas propriétaires des gigaoctets de stockage qu'elles utilisent pour sauvegarder leurs données. Elles ne gèrent pas l'exploitation de la ferme de serveurs qui héberge le matériel et ne définissent pas les procédures de sécurisation ou de maintenance des plateformes, des applications ou des services cloud.

Les clouds publics permettent à un client qui souhaite disposer de davantage de ressources, de plateformes ou de services de payer un fournisseur à l'heure ou à l'octet pour accéder à ce dont il a besoin, quand il en a besoin. L'infrastructure, les ressources de puissance de traitement des données brutes et de stockage, ou les applications cloud sont virtualisées à partir du matériel détenu par le fournisseur, puis regroupées dans des « data lakes ». Elles sont ensuite orchestrées au moyen de logiciels de gestion et d'automatisation avant d'être transmises au client via Internet ou une connexion réseau dédiée.

Toutefois, les clouds publics, tels que nous les connaissons aujourd'hui, forment rarement une infrastructure autonome. Ils s'inscrivent dans une combinaison hétérogène d'environnements qui offre une sécurité renforcée, de meilleures performances, des coûts réduits, ainsi qu'une disponibilité accrue de l'infrastructure, des services et des applications.

Vous ne savez pas encore tout sur le cloud computing et la virtualisation...