Women in Open Source Awards 2018

Rendons hommage à ces femmes qui nous inspirent.

Nous croyons en l'avenir des technologies Open Source. Il est temps de reconnaître les contributions apportées par les femmes et d'encourager une nouvelle génération à rejoindre le mouvement Open Source.

Félicitations à Dana Lewis et Zui Dighe !

Nos juges ont sélectionné 10 finalistes parmi toutes les candidates, puis se sont tournés vers la communauté pour lui laisser le choix des lauréates. Tous nos remerciements vont à ceux et celles qui ont nominé des femmes de leur communauté, qui ont fait passer le message et qui ont voté pour choisir les lauréates. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les lauréates et finalistes qui utilisent des technologies Open Source pour faire bouger les choses.

Nous sommes fiers de vous présenter les lauréates des Women in Open Source Awards 2018

Dana Lewis, fondatrice du mouvement OpenAPS (Open Artificial Pancreas System), et Zui Dighe, étudiante à l'université de Duke aux États-Unis, sont les lauréates des Women in Open Source Awards 2018.

Dana Lewis

Lauréate du prix Community Award 2018

En l'espace de deux semaines, nous sommes passés du stade de la probabilité à la réalisation, pour au final atteindre notre objectif dans des délais que personne n'avait osé envisager. Notre parcours illustre à merveille l'esprit du mouvement #WeAreNotWaiting et la volonté des individus d'apporter leur contribution.

Dana a remporté le prix Women in Open Source Community Award de cette année, en récompense des efforts qu'elle a fournis pour révolutionner les soins dédiés aux personnes atteintes de diabète de type 1. Frustrée par l'incapacité du secteur des soins diabétiques à lui proposer un dispositif efficace pour traiter son diabète, Dana a créé de toutes pièces l'un des premiers systèmes de pancréas artificiel. Ses efforts ont donné naissance à la communauté OpenAPS (Open Artificial Pancreas System) autour d'un projet de logiciel Open Source et libre qui permet aux personnes diabétiques de fabriquer un dispositif qui répond à leurs besoins. Dana a endossé pratiquement tous les rôles possibles au sein de cette communauté.

En plus d'occuper la fonction de responsable de communauté, elle s'est chargée de la conception, du codage et du test des fonctions des algorithmes de la communauté. Elle a également coordonné et contribué à la conception, au test et à la mise en œuvre de nouveaux projets de matériel. Dana totalise plus de 800 contributions et a créé plus de 15 000 lignes de contenu dans la documentation. Aujourd'hui, plus de 600 personnes dans le monde utilisent divers systèmes fabriqués à partir de son travail. Au travers des initiatives Nightscout Data Commons et OpenAPS Data Commons, elle coordonne des projets de recherche et présente régulièrement les accomplissements de la communauté aux médecins et chercheurs, afin d'encourager les innovations. Dana, qui ne souhaite pas se limiter pas à la seule communauté des patients diabétiques, cherche à appliquer les principes de l'Open Source qui la passionnent dans le but de révolutionner les soins de santé pour tous.

Zui Dighe

Lauréate du prix Academic Award 2018

Il y a tant de potentiel inexploité... des idées nouvelles, des points de vue différents. Leur exploitation est l'essence même de l'Open Source, et c'est aussi l'esprit de ce prix.

Zui a remporté le prix Women in Open Source Academic Award de cette année, pour son projet consistant à rendre les données ouvertes et accessibles par tous, plus particulièrement dans le domaine des soins de santé. En tant qu'étudiante en ingénierie biomédicale à l'université de Duke, elle a découvert l'Open Source lorsqu'elle a utilisé un kit de développement mobile d'applications de santé nommé Sana. Avec ce kit, Zui a développé une application à utiliser en association avec un dispositif de coloscopie à bas prix auprès des populations défavorisées. Ce travail a déclenché chez elle une véritable passion pour l'utilisation de l'Open Source au profit des populations des pays en développement. Zui a intégré une équipe constituée d'étudiants de l'université de Duke et de l'université Makerere de Kampala, en Ouganda. Son objectif était de redessiner un dispositif de transport de vaccins à partir des innovations basées sur les bibliothèques Open Source Arduino, Particle et Adafruit. Avec un autre étudiant de Duke, elle a ensuite développé la technologie pour les énergies renouvelables. L'application de ce système Arduino pour surveiller les facteurs environnementaux dans des zones reculées dans le but de déterminer les besoins en énergie leur a valu la troisième place du concours international « Go Green in the City 2018 » de Schneider Electric. Le travail de Zui vise à combler le fossé entre innovations et besoins, tout en identifiant les innombrables possibilités qui se présentent.

Profils des finalistes

Community Award

  • Dana Lewis

    Dana Lewis
    Fondatrice de l'OpenAPS et créatrice d'un système de pancréas artificiel

    Contribue à l'Open Source depuis : 4 ans

    Ses projets ou communautés : OpenAPS, OpenAPS Data Commons, Nightscout Data Commons

    Ses contributions :
    Dana Lewis est la fondatrice de la communauté OpenAPS et la créatrice d'un système de pancréas artificiel. Elle a lancé son projet pour apaiser sa frustration due à l'imperfection des dispositifs de soins diabétiques qu'elle utilisait. Elle ne pouvait pas accéder à ses données de glycémie en temps réel et le dispositif de contrôle de la glycémie qui devait l'alerter lorsque la glycémie chutait ne retentissait pas suffisamment fort pour la réveiller la nuit, ce qui mettait sa vie en danger. Elle a découvert l'Open Source lorsqu'elle a rencontré sur Twitter une personne qui avait trouvé un moyen d'accéder à ses données sur le dispositif qu'elle utilisait. Peu à peu, en développant des algorithmes et des fonctions, elle est parvenue à fabriquer une alarme qui retentissait plus fort. Depuis, elle a collaboré avec d'autres membres de la communauté Open Source pour créer un système d'injection d'insuline automatisé, ou système APS (Artificial Pancreas System).

    Au cours de l'année passée, la communauté OpenAPS s'est enrichie de plus de 500 membres dans le monde qui utilisent le système initialement conçu par Dana. La communauté comptabilise plus de 3 millions d'heures d'utilisation de cette technologie en situation réelle. Dana a assumé pratiquement tous les rôles au sein de la communauté, notamment pour la conception, le codage et le test des fonctions pour certains des algorithmes. Elle a également coordonné et contribué à la conception, au test et à la mise en œuvre de deux projets de matériel Open Source, au cours de l'année dernière. Dana totalise plus de 800 contributions et a créé plus de 15 000 lignes de contenu dans la documentation Open Source, tout en occupant de façon informelle le poste de responsable de la communauté, encourageant les uns et les autres à s'investir de diverses façons, indépendamment de leur expérience ou de leurs compétences. Par ailleurs, elle coordonne des projets de recherche au travers des initiatives Nightscout Data Commons et OpenAPS Data Commons. Elle a aussi développé plusieurs outils Open Source qui encouragent les chercheurs de tous horizons à exploiter les ensembles de données, pour accélérer ainsi les processus de recherche.

    Dana a présenté son travail à des médecins et chercheurs aux quatre coins du monde, dans l'espoir qu'ils utilisent le système dans leur propre travail. Elle a aussi raconté son parcours via le programme TEDx et d'autres conférences, pour expliquer au grand public comment des outils Open Source peuvent aider d'autres malades susceptibles de tirer profit de la même approche axée sur le patient. Dana, qui ne souhaite pas se limiter à la seule communauté des patients diabétiques, se sert du succès de l'OpenAPS pour encourager le recours à l'Open Source au profit d'autres communautés de patients.

    Ses projets à venir :
    Dana compte poursuivre ses activités dans le domaine des logiciels et du matériel Open Source pour la communauté des diabétiques, dans le but d'en faciliter l'accès partout dans le monde. Elle cherche également à inciter les fabricants de dispositifs diabétiques traditionnels à évaluer et utiliser du code Open Source pour améliorer les futurs produits qui seront un jour commercialisés.

    Dana espère exploiter les principes de l'Open Source pour continuer à révolutionner les soins de santé. Ses objectifs : accélérer les processus de recherche, de conception et d'innovation, rendre ces processus plus transparents et accroître la collaboration entre les patients et les experts externes. Elle œuvre activement à la promotion de l'utilisation de l'Open Source comme moyen d'amélioration de la qualité de vie et des résultats des soins pour les patients de tous types.

  • Rupa Dachere

    Rupa Dachere
    Fondatrice, directrice exécutive, présidente et présidente du comité d'administration de CodeChix

    Contribue à l'Open Source depuis : plus de 20 ans

    Ses projets ou communautés :
    CodeChix, DevPulseCon

    Ses contributions :
    Rupa est la fondatrice et la présidente de CodeChix, une organisation locale sans but lucratif dont l'objectif est de convaincre les femmes ingénieures de rester dans le secteur d'activité via des programmes de promotion des aspects techniques et culturels de l'Open Source. Au cours de ces huit dernières années, elle a transformé CodeChix en une véritable communauté active, comptant plus de 400 femmes ingénieures de la région de la baie de San Francisco aux États-Unis.

    En plus d'avoir fondé l'organisation, Rupa a créé CodeChix Technical Curriculums, un programme CodeChix unique qui met à la disposition de tous des tutoriels techniques Open Source pour l'apprentissage ou l'enseignement de sujets techniques, tels que : développement sous Android, traitement automatique du langage naturel, sécurité, Big Data et matériel Open Source. Elle fait collaborer des étudiants et doctorants des plus grandes universités avec des professionnels du secteur pour l'élaboration de ces programmes Open Source hébergés sur le référentiel GitHub CodeChix-OpenSource. En 2016, Rupa a dirigé ce programme pour VMware. Et l'initiative a porté ses fruits : le taux de recrutement de femmes ingénieures fraîchement diplômées a enregistré une hausse de 30 %.

    Rupa est également la fondatrice et la dirigeante de DevPulseCon, une microconférence unique en son genre, hautement technique, destinée aux femmes ingénieures actives dans le secteur ou encore à l'université. En 2015, 80 femmes ingénieures ont assisté à la conférence. Trois ans plus tard, on pouvait compter plus de 300 participantes originaires des quatre coins du monde.

    Ses projets à venir :
    Rupa s'efforce de développer CodeChix partout dans le monde en organisant la première microconférence DevPulseCon en Inde et en assurant la promotion de la culture Open Source dans le cadre d'un programme grand public, avec suivis techniques et panels sécurisés. Elle entend continuer à inciter les femmes ingénieures à abandonner l'esprit « source propriétaire » au profit de l'esprit Open Source via ses programmes et animations pour CodeChix.

    Dans les trois à cinq ans qui viennent, Rupa voudrait développer DevPulseCon en en faisant une conférence de plus grande envergure aux États-Unis, et en l'organisant en Europe et en Asie. Ce développement impliquera la création d'axes supplémentaires pour intégrer des femmes ingénieures au sein des communautés Open Source et pour aider les femmes à contribuer à des projets Open Source.

  • Beth « pidge » Flanagan

    Beth « pidge » Flanagan
    Contributrice du projet OpenEmbedded/Yocto et directrice technique chez Togán Labs

    Contribue à l'Open Source depuis : plus de 20 ans

    Ses projets ou communautés :
    Yocto Project, Oryx Linux, OpenChain, « Architecture of Open Source Applications Vol II », OpenEmbedded, Open Source Entrepreneur Network

    Ses contributions :
    Beth « pidge » Flanagan est la cofondatrice et la directrice technique de Togán Labs, une start-up technique Open Source dirigée par des femmes et basée en Irlande, et l'une des cinq premières partenaires d'OpenChain. La mission de Togán Labs consiste à développer une plateforme Linux robuste pour les applications de l'Internet des objets, tout en conservant un personnel diversifié.

    Au sein du conseil d'administration de cette entreprise dont le personnel est composé à 50 % de femmes, la parité est respectée. Beth s'adresse à la population locale et forme des développeurs et développeuses de logiciels prometteurs, qui pénètrent ainsi dans le secteur d'activité de manière non conventionnelle.

    Ses activités ont scellé sa réputation de fervente promotrice de l'accompagnement, du développement et de l'assistance aux autres femmes du secteur des technologies. Togán Labs a également rejoint le projet OpenChain de la Linux Foundation, à travers duquel Beth et son entreprise s'efforcent d'aider les entreprises à intégrer la conformité GPL à leurs processus de développement de logiciels dès le départ.

    Beth contribue à l'Open Source depuis plus de 20 ans et travaille à la conception et à la création des versions du Yocto Project depuis plusieurs années. Elle a également rédigé un chapitre du livre « Architecture of Open Source Applications Vol II », et est une contributrice éminente de l'environnement OpenEmbedded.

    Ses projets à venir :
    Beth va continuer à développer et élargir le portefeuille technique de Togán Labs, afin d'y inclure des éléments clés de l'écosystème Linux intégré. Elle cherche également à maintenir la parité au sein du personnel de Togán Labs et à promouvoir l'utilisation du gaélique sur le lieu de travail, avec pour objectif 50 % de communications internes en gaélique d'ici 2021.

    Elle travaille actuellement sur la simplification de la mise en conformité et de la validation de la licence Open Source pour les utilisateurs d'OpenEmbedded, de Yocto Project et d'Oryx Linux. Elle compte, à l'avenir, intégrer les processus OpenChain dans ces projets, afin d'aider les utilisateurs finaux à mieux respecter leurs obligations légales.

  • Karen Sandler

    Karen Sandler
    Directrice exécutive de Software Freedom Conservancy, avocate cyborg

    Contribue à l'Open Source depuis : 12 ans

    Ses projets ou communautés :
    Software Freedom Conservancy, GNOME Foundation, Software Freedom Law Center, Outreachy, Free Software Foundation, Free as in Freedom, Center for Research in Open Source Software (CROSS)

    Ses contributions :
    Karen Sandler est avocate et directrice exécutive de l'association Software Freedom Conservancy. Inspirée par son expérience personnelle de l'utilisation d'un logiciel propriétaire sur son défibrillateur implantable, elle œuvre désormais à la création d'un monde qui respecte la liberté des utilisateurs. Au travers de l'association Software Freedom Conservancy, Karen dirige une équipe qui fournit divers services d'assistance pour différents projets de logiciel libre en développement.

    L'association offre également des services de sensibilisation et d'application de copyleft, et lance des initiatives qui visent à renforcer le mouvement du logiciel libre dans le monde. Elle a mis ses vastes connaissances au profit de plusieurs organisations Open Source à titre gratuit, et a pris la parole dans de nombreuses conférences, notamment OSCON, SCALE et LinuxCon.

    Lorsqu'elle travaillait au sein de la GNOME Foundation, elle a contribué à la relance et au développement d'un projet de diversité réussi, nommé Outreachy, qui a convaincu des centaines de personnes issues d'horizons divers de contribuer activement à divers projets de logiciel libre. Karen se trouve par ailleurs à la tête d'un projet qui promeut l'utilisation des logiciels Open Source dans les dispositifs médicaux implantés.

    Ses projets à venir :
    Karen compte bien continuer à se battre pour défendre les projets de logiciel libre et le respect du copyleft, et créer une communauté aussi diversifiée que prospère.

  • Katie McLaughlin

    Katie McLaughlin
    Ingénieure en fiabilité de site, Divio

    Contribue à l'Open Source depuis : 5 ans

    Ses projets ou communautés :
    BeeWare, Django Software Foundation, Open Source Initiative, PyLadies

    Ses contributions :
    Katie contribue de manière extrêmement active à de nombreuses communautés Open Source depuis cinq ans. Elle occupe actuellement la fonction d'apicultrice senior pour le projet BeeWare. Elle fait profiter de toutes ses connaissances en matière d'administration et d'infrastructure système en tant que développeuse. Elle examine et trie les contributions, et apporte des améliorations significatives à la documentation.

    Katie a une riche expérience de volontariat : elle a œuvré en tant qu'agent de liaison communautaire, coordinatrice, membre de comité et organisatrice de nombreux événements, notamment les conférences PyCon US, DjangoCon US et OSCON. Elle a siégé au conseil de Linux Australia, de l'Open Source Developer’s Club et est actuellement administratrice de la Django Software Foundation. Katie prend régulièrement la parole dans des conférences aux quatre coins du monde, notamment lors de la PyCon AU 2017. Elle défend par ailleurs ardemment la reconnaissance des contributions autres qu'au code au sein des projets Open Source, telles que la documentation, le signalement des bogues, le tri et l'organisation communautaire. Pour ce faire, elle met plus particulièrement en lumière les pratiques de GitHub, qui soulignent l'importance des contributions au code public. Son projet Octohatrack fournit une liste exhaustive de tous les contributeurs du référentiel GitHub.

    En 2016, elle a organisé une « fausse » conférence intitulée KatieConf, qui visait à souligner le nombre de conférences technologiques comptant peu, voire aucune intervention de femmes. La KatieConf était une conférence technologique virtuelle proposant deux parcours, dont tous les intervenants étaient des femmes appelées Katie ou portant un prénom dérivé. Cette initiative s'est muée en une véritable miniconférence appelée Women Of Open Technology (WOOTConf), qui s'est tenue dans le cadre de l'événement Linux.conf.au. En 2017, Katie a reçu un prix O’Reilly Open Source Award, qui récompense les « contributions exceptionnelles apportées aux logiciels Open Source ».

    Ses projets à venir :
    Katie entend continuer à prendre la parole sur des sujets importants des points de vue technique et social, tout en poursuivant sa contribution au projet BeeWare dans les domaines de l'organisation et de la maintenance. Elle souhaite occuper la position de présidente de site de la conférence PyCon AU pour 2018 et, en 2019, elle entend maintenir et développer la plateforme destinée aux développeurs Python en Australie.

Academic Award

  • ​Ann Barcomb

    ​Ann Barcomb
    Doctorante, communautés de logiciels Open Source et libres, université de Limerick

    Contribue à l'Open Source depuis : 24 ans

    Ses projets ou communautés :
    Perl

    Ses contributions :
    Ann Barcomb est doctorante et axe ses recherches sur les communautés de logiciels Open Source et libres. Elle a publié de nombreux articles de recherche sur la gestion des communautés Open Source, notamment un article récemment paru sur le site Opensource.com à propos des approches efficaces et basées sur la recherche pour la gestion des contributeurs occasionnels.

    Ann a découvert la programmation avec BASIC, quand elle avait 10 ans. Lorsqu'elle est entrée à l'université, elle s'est intéressée à UNIX et à des utilitaires tels que vi et LaTeX, qui l'ont amenée à installer Linux sur son système personnel. Depuis le tout début de sa carrière, Ann contribue activement à l'Open Source. Après l'université, elle a commencé à travailler en tant que programmeuse, et a été incitée à s'impliquer dans l'Open Source lorsque pour un nouvel emploi, elle a dû apprendre un nouveau langage qu'elle n'avait encore jamais utilisé, Perl. L'accueil que lui a réservé la communauté l'a encouragée à y contribuer activement. Comme elle programmait déjà 8 heures par jour dans le cadre de son emploi, elle a décidé de s'impliquer autrement avec la réalisation de tâches pour la communauté, comme l'organisation de conférences, les interventions et les résumés de listes de diffusion. Cette expérience l'a incitée à se lancer dans la recherche. Elle a donc préparé un diplôme de deuxième cycle et prépare actuellement un doctorat.

    Ses projets à venir :
    l'année prochaine, Ann espère publier deux articles universitaires et en soumettre un troisième relatif à la gestion des volontaires irréguliers au sein des communautés Open Source. Elle prévoit également de présenter sa thèse. Ann continue de prendre la parole lors de conférences, comme récemment dans le cadre de l'Open Source Summit Europe et du London Perl Workshop. Elle espère également rédiger un autre article pour Opensource.com. Une fois son diplôme obtenu, elle continuera à étudier les problèmes qui touchent les communautés Open Source, soit en qualité de post-doctorante, soit au sein d'une organisation non universitaire.

  • Emily Shannon

    Emily Shannon
    Université de Duke, étudiante de premier cycle en ingénierie biomédicale

    Contribue à l'Open Source depuis : 2 ans

    Ses projets ou communautés :
    Duke eNable, Given Limb Foundation

    Ses contributions :
    Emily Shannon occupe le poste de présidente du groupe Duke eNable qui recourt à des conceptions et des impressions 3D Open Source afin de créer des prothèses récréatives pour les personnes amputées, à titre gratuit. Emily a pris conscience de la force de l'Open Source pour la première fois lorsqu'elle a commencé à travailler avec Duke eNable, une filiale du réseau international de volontaires portant le même nom. Ce groupe d'étudiants utilise des conceptions Open Source comme points de départ pour la création de leurs dispositifs, puis partage le fichier de conception des produits finaux sur son site Web. En prenant part à ces projets, Emily a compris à quel point la collaboration était indispensable à la réussite, dans tous les domaines, d'autant plus que l'évolution rapide des technologies impose d'adopter des pratiques d'innovation ouvertes.

    Sous la présidence d'Emily, l'équipe de Duke eNable est passée de 6 à plus de 30 membres, et a réussi à produire des prothèses pour de nombreux clients. Emily a également joué un rôle capital dans le premier projet international de l'équipe : elle a sollicité et obtenu une bourse auprès de la Given Limb Foundation pour se rendre à Haïti à deux reprises en 2017 dans le but de construire et livrer à un enfant un bras imprimé en 3D à l'aide de fichiers Open Source.

    Emily a relaté ses expériences de travail dans le domaine de l'Open Source sur le blog de Duke eNable (dukeenable.wordpress.com) et sur le site Opensource.com.

    Ses projets à venir :
    Emily compte poursuivre ses études et décrocher un diplôme de deuxième cycle en sciences des prothèses et orthèses, dans le but de devenir une prothésiste/orthésiste certifiée. Elle a hâte de mettre à profit son expérience avec eNable et la communauté Open Source pour apporter sa contribution dans ce domaine. Une fois qu'elle sera devenue une praticienne certifiée, elle souhaite passer la moitié de son temps à Haïti pour poursuivre le projet Open Source qu'elle a entamé avec Duke eNable.

  • Jona Azizaj

    Jona Azizaj
    Titulaire d'un diplôme de premier cycle en informatique des affaires, université de Tirana

    Contribue à l'Open Source depuis : plus de 3 ans

    Ses projets ou communautés :
    Fedora, LibreOffice, Nextcloud, Open Source Diversity

    Ses contributions :
    Jona Azizaj contribue aux communautés Fedora, LibreOffice et Nextcloud, et est membre de l'Open Labs Hackerspace à Tirana, en Albanie. L'Open Labs Hackerspace est une communauté locale basée à Tirana, qui promeut l'utilisation de logiciels Open Source et organise des événements dans la ville. Grâce à l'approche de la communauté et en partie à la volonté d'accueil de Jona, la plupart des membres de l'Open Labs Hackerspace sont des femmes. Pour de nombreuses femmes à Tirana, l'Open Source représente un moyen de transformer leur vie par l'apprentissage de l'informatique. L'Open Labs Hackerspace leur permet de dépasser les stéréotypes négatifs et de ne pas se décourager, grâce à un réseau de soutien et d'accompagnement. Jona fait également partie des membres fondateurs de l'Open Source Diversity. Elle est l'un des principaux membres de l'équipe de Fedora Diversity et est cofondatrice du groupe LibreLadies.

    Jona s'est sentie pour la première fois intéressée par l'Open Source lorsqu'elle a fait la connaissance de la communauté à l'Open Source Conference Albania (OSCAL), un groupe qui l'a encouragée et motivée, et dont elle est aujourd'hui l'une des principales organisatrices. L'année passée, cette conférence de 300 personnes comptait 57 % de femmes au sein de l'équipe d'organisation, 92 % de femmes au sein de l'équipe des bénévoles et 64 % de femmes parmi les participants. En plus de participer à l'organisation de l'OSCAL, Jona a pris la parole dans de nombreuses conférences sur l'Open Source partout en Europe, notamment OpenFest Bulgaria et EuroPython, au sujet de la diversité, de l'inclusion et des moyens pour intégrer davantage de femmes dans les projets Open Source.

    Avec la communauté Open Labs Hackerspace, elle collabore avec les autorités municipales de Tirana pour les inciter à adopter l'Open Source dans le secteur public. Un partenariat a été conclu avec la municipalité pour entrer des données géospatiales dans OpenStreetMap, créer un portail de données ouvert contenant des mesures et des données sur la ville, et ainsi contribuer à la migration vers le logiciel Open Source de stockage dans le cloud, Nextcloud. Au cours des six derniers mois de l'année 2017, Jona a principalement aidé la municipalité à migrer vers LibreOffice pour ainsi arrêter d'utiliser des logiciels propriétaires. Elle joue un rôle extrêmement important dans la sensibilisation et l'engagement des autorités du secteur public à adopter ces changements. Avec l'équipe de l'Open Labs Hackerspace, elle a d'ailleurs invité les employés municipaux à participer à l'OSCAL.

    Durant l'été 2017, elle a participé au programme Rails Girls Summer of Code, dans le cadre duquel elle travaillait sur Nextcloud. Fin 2017, elle a remporté une bourse de formation attribuée par la Linux Foundation et son choix s'est porté sur le cours « Personnel d'administration système Linux ».

    Ses projets à venir :
    Jona a pour objectifs d'impliquer toujours plus de femmes dans l'Open Source, d'approfondir les partenariats avec la communauté locale et de promouvoir la puissance de l'Open Source à l'étranger. Elle prévoit d'organiser davantage d'ateliers locaux visant à enseigner aux femmes les bases des langages de programmation tels que Python, Django et Ruby on Rails. Elle souhaite également relater ses expériences dans le cadre d'événements tels que le Rails Girls Summer of Code, afin d'encourager d'autres femmes à s'investir.

  • Nikki Stevens

    Nikki Stevens
    Arizona State University, doctorante sur les dimensions humaines et sociales des sciences et technologies à la School for the Future of Innovation in Society

    Contribue à l'Open Source depuis : 18 ans

    Ses projets ou communautés :
    Drupal, Open Demographics Initiative, iMentor, Mozilla

    Ses contributions :
    Nikki contribue à la communauté Drupal depuis 10 ans. Elle est intervenue de nombreuses fois dans le cadre de groupes de discussion locaux autour de Drupal. Elle a accompagné des contributeurs junior, contribué à la documentation, dirigé des sprints et a exercé comme formatrice à titre volontaire. Après avoir réalisé que le dénominateur commun de toutes ces contributions était la volonté d'inciter les autres à s'impliquer et à se sentir en sécurité au sein de la communauté, Nikki a décidé de rassembler ses forces pour créer le projet Drupal Diversity & Inclusion (DD&I) en 2016. Au cours des deux dernières années, l'équipe du projet DD&I est parvenue à développer la communauté de 5 à 500 membres, a tenu un stand à la conférence DrupalCon Baltimore et a formé de nouveaux orateurs et contributeurs. En 2017, Nikki a reçu le prix Aaron Winborn Award, la plus haute récompense de la communauté Drupal pour services rendus à la communauté.

    À l'Arizona State University, Nikki étudie des moyens de rendre les communautés Open Source plus saines et de rendre leurs données plus inclusives. Dans le cadre de ce travail, elle a fondé l'initiative Open Demographics afin d'aider les responsables de communauté à demander les données démographiques de leurs contributeurs de façon plus inclusive. Elle a récemment consulté Mozilla afin d'améliorer le projet et de lancer l'enquête Open Source de Mozilla. Nikki a également été accompagnatrice iMentor pendant 2 ans : elle travaillait avec des jeunes filles d'un établissement d'enseignement secondaire très demandé à New York, qui met l'accent sur les sciences, les technologies, l'ingénierie et les mathématiques.

    Ses projets à venir :
    Nikki espère terminer une première version du projet Open Demographics et sceller un partenariat avec la Linux Foundation ou OpenStack afin de le tester auprès de leurs utilisateurs. Sur le plan universitaire, Nikki va axer ses travaux sur trois domaines liés : 1) politique en matière de recueil des données démographiques au sein des communautés Open Source, 2) exploration de la relation entre l'accès aux options d'ingénierie éthiques et le capital social et culturel et 3) parallèles épistémologiques entre structures de données et réseaux humains.

  • Zui Dighe

    Zui Dighe
    Université de Duke
    Titulaire d'un diplôme de premier cycle en ingénierie biomédicale et en sciences de l'informatique

    Contribue à l'Open Source depuis : 3 ans

    Ses projets ou communautés :
    SANA, Particle, Arduino, OPeN

    Ses contributions :
    après deux ans et demi d'études à l'université de Duke, Zui Dighe s'est servie de la puissance de l'Open Source pour faire la différence sur son campus et à l'étranger. Zui est l'une des principales créatrices d'un système Open Source à bas coût qui suit les températures et les localisations GPS de vaccins lorsqu'ils entrent dans des pays en développement, grâce à un dispositif basé sur Arduino. Zui est la responsable technologique d'une équipe intercontinentale constituée d'étudiants en ingénierie de l'université de Duke et de l'université Makerere, qui a été créée à partir d'un cours d'ingénierie proposé par les deux universités en 2016. Zui a bénéficié d'une bourse du programme Katsouleas NAE Grand Challenge Scholar pour son travail sur les dispositifs de transport de vaccins. Elle a la volonté de combler le fossé entre les innovations médicales et les besoins médicaux. Zui a également décroché la troisième place du concours international « Go Green in the City » de Schneider Electric, avec sa solution connectée pour le développement de l'accès à l'énergie. La technologie en question, nommée Illuminate, peut sonder des environnements afin de fournir des données et des analyses importantes qui permettent de déterminer les besoins en énergie des populations locales.

    Zui a aussi collaboré avec la plateforme de dispositifs médicaux Via Global Health sur la création d'un système d'évaluation par l'utilisateur final qui encourage l'émission de commentaires sur les dispositifs médicaux, ce qui permet d'apporter des modifications dictées par l'utilisateur dans le domaine de l'innovation médicale. En tant que stagiaire chez Syapse, une entreprise spécialisée dans les logiciels médicaux de précision travaillant à la démocratisation des données dans les hôpitaux, elle a créé des algorithmes pour traduire des données complexes d'analyse moléculaire en un système intégré simple d'utilisation pour les hôpitaux. À l'université, Zui était responsable technologique de Campus Enterprises, où elle a restructuré le système principal et la pile technologique pour un produit comptant plus de 6 000 utilisateurs. Elle est également la cofondatrice de la start-up Campus Wallet, à laquelle elle continue d'ailleurs de contribuer, qui propose une application mobile émettant des cartes de fidélité et des récompenses pour que les étudiants puissent acheter de la nourriture et des boissons sur le campus. Grâce à cette application, d'une part les étudiants peuvent optimiser leurs récompenses et d'autre part, les entreprises peuvent recueillir des informations importantes sur leurs clients.

    Ses projets à venir :
    Zui va continuer d'œuvrer pour rendre les données ouvertes et accessibles dans les environnements de soins de santé et au-delà. Elle compte utiliser sa bourse Grand Challenge Scholar Fellowship pour mettre en œuvre le dispositif de transport des vaccins, et elle mettra à disposition les données afin d'encourager la collaboration avec ses pairs. Elle entend par ailleurs faire breveter la technologie Illuminate en tant que produit tout en conservant le code ouvert.

Procédure d'attribution des prix

Reconnaître les contributions apportées par les femmes à l'Open Source

Nous souhaitons récompenser les femmes impliquées dans des projets Open Source ou dans la communauté Open Source, notamment dans les domaines suivants :

  • Code et programmation
  • Assurance qualité et gestion des bogues
  • Participation à la conception de matériel Open Source
  • Administration système et infrastructures
  • Conception, design, expérience utilisateur et marketing
  • Documentation, didacticiels et autres communications
  • Traduction et localisation
  • Contenu Open Source
  • Promotion et gestion de la communauté
  • Protection de la propriété intellectuelle et réforme juridique
  • Méthodes Open Source

Deux prix à remporter

  • Women in Open Source Academic Award : pour les femmes qui sont inscrites à plein temps dans une université, à tous les niveaux, et qui gagnent 12 crédits ou plus.
  • Women in Open Source Community Award : pour toutes les autres femmes.

Nous vous encourageons à remplir le formulaire de nomination avec l'aide de la personne que vous souhaitez nominer. Ainsi, nous sommes sûrs de disposer d'informations précises et complètes sur ses contributions. Si la personne que vous souhaitez nominer se montre réticente à cette idée ou ne reconnaît pas ses compétences, cliquez ici pour découvrir quelques astuces qui vous permettront de l'aider à prendre conscience de ses talents.

Lauréates de l'année 2017

Félicitations à Avni Khatri et Jigyasa Grover, les lauréates des Women in Open Source Awards 2017 !

Nos juges ont sélectionné 10 finalistes parmi toutes les candidates, puis se sont tournés vers la communauté pour lui laisser le choix des lauréates. Tous nos remerciements vont à ceux et celles qui ont fait passer le message, qui ont nominé des femmes de leur communauté et qui ont voté pour choisir les lauréates. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les lauréates et finalistes qui utilisent des technologies Open Source pour faire bouger les choses.

Lauréates des années précédentes

Apprenez-en davantage sur ces femmes qui ont obtenu cette récompense en reconnaissance de leur contribution remarquable à l'Open Source.

Découvrez les lauréates de l'année 2017

Les lauréates et finalistes de l'année 2017 sont des femmes organisatrices, conseillères, responsables de programme, ingénieures, présidentes, vice-présidentes et directrices exécutives. Elles exercent leur influence dans des domaines variés, de l'enseignement de l'Open Source, à la rédaction d'articles Web et aux technologies d'apprentissage. Découvrez comment ces femmes suscitent l'inspiration et changent le monde.

Avni Khatri

Lauréate du prix Community Award 2017

J'ai participé à la mise en œuvre de ces laboratoires, en espérant que les enfants pourraient utiliser les technologies pour accéder à du contenu éducatif auquel ils n'ont pas accès autrement. Nous espérons que les jeunes pourront voir tout ce qui est possible, puis rentrer chez eux et améliorer leur propre vie, ainsi que la vie au sein de leur famille et de leur communauté.

Avni a remporté le prix Women in Open Source Community Award de cette année pour les efforts qu'elle a déployés pour aider les enfants à changer leur vie au moyen des technologies. Pour Avni, l'idéal serait que tout le monde (et surtout les enfants) puisse accéder à l'éducation de manière illimitée afin de vivre de façon plus autonome et d'améliorer la vie au sein de la communauté. Pour elle, les logiciels libres et Open Source sont les outils parfaits pour concrétiser cet idéal. Avec son association Kids on Computers, Avni essaie de mettre les technologies à la portée des communautés du monde entier qui n'y ont pas accès. D'abord en tant que bénévole entre 2010 et 2012, puis en tant que présidente de l'association depuis 2012, Avni a visité des communautés reculées du Mexique, de l'Inde et du Maroc pour installer des laboratoires équipés d'ordinateurs Linux, de logiciels libres et Open Source et de contenu Open Source, tel que l'encyclopédie Wikipédia hors ligne et le projet Khan Academy, et pour aider les bénévoles locaux à entretenir ces laboratoires. Elle a récemment cofondé la plateforme Open Source For a Living qui permet aux étudiants d'en savoir plus sur les différentes carrières qui s'offrent à eux en interrogeant des professionnels sur leur métier, leurs centres d'intérêt et leurs compétences.

Jigyasa Grover

Lauréate du prix Academic Award 2017

Je suis convaincue qu'aider les autres nous rend plus forts. En permettant à d'autres personnes d'accéder au fabuleux monde de l'Open Source, nous déclenchons une réaction en chaîne positive.

Jigyasa a remporté le prix Women in Open Source Academic Award de cette année pour sa contribution à la communauté Open Source. En entrant à l'université, Jigyasa s'est mise à travailler sur la programmation d'algorithmes compétitifs C/C++, Java, Python, etc. C'est donc tout naturellement qu'elle a découvert l'Open Source. Elle a commencé à travailler sur Pharo, un IDE Smalltalk Open Source et a fini par devenir l'un des principaux contributeurs à la version Pharo 4.0 lancée en 2015. Ensuite, elle a participé aux éditions 2015 et 2016 du Google Summer of Code. Le Conseil national de recherches du Canada lui a proposé un poste de chercheur et elle a été invitée à l'ESUG par l'Institut de recherche pour le développement (IRD) de France. Elle souhaite inspirer les autres en partageant son travail et ses expériences sur des blogs, en publiant ses codes sur GitHub, en organisant des laboratoires de programmation et des discussions techniques, en participant à des hackathons aux côtés d'autres femmes, en prenant la parole lors de conférences et en participant à des programmes de mentorat. Jigyasa est actuellement directrice de l'association Women Who Code Delhi et participe aux groupes GDG, Google WTM, WiSE et Systers IWiC.

Découvrez les finalistes de l'année 2017

Community Award

Amira Dhalla
Responsable du programme Women and Web Literacy, Mozilla Foundation
Avni Khatri
Responsable de programme, groupe sur les technologies de l'apprentissage et des connaissances, laboratoire de science de l'informatique, Massachusetts General Hospital
Heather Kirksey
Vice-présidente de NFV, Linux Foundation
Jessie Frazelle
Ingénieure logiciel, Google
Karen Sandler
Directrice exécutive, Software Freedom Conservancy

Academic Award

Aastha Vijay
Étudiante, Cummins College of Engineering for Women, Pune, Maharashtra, Inde
Dawn Foster
Doctorante à l'Université de Greenwich
Jigyasa Grover
Étudiante, Delhi Technological University (anciennement Delhi College of Engineering)
Nabanita De
Étudiante à l'Université du Massachusetts, Amherst
Safia Abdalla
Étudiante à l'Université Northwestern

Découvrez les lauréates de l'année 2016

Les lauréates et finalistes des Women in Open Source Awards 2016 sont des femmes ingénieures, développeuses, responsables de communautés, conseillères, entrepreneuses, enseignantes et aussi pionnières. Elles exercent leur influence dans des domaines variés, de la gestion de l'alimentation des processeurs à la sensibilisation à la diversité au sein des communautés et de l'enseignement Open Source. Découvrez comment ces femmes suscitent l'inspiration et changent le monde.

Lauréate du prix Community Award 2016

Jessica McKellar

Jessica a remporté le prix Open Source Community Award en récompense des efforts qu'elle a mis en œuvre pour créer des environnements plus ouverts au sein de communautés Open Source et du secteur des technologies. Jessica a fait ses premiers pas dans l'Open Source en 2006. Son expérience fut si positive qu'elle aspire à présent à rendre les communautés Open Source plus accueillantes pour les nouveaux contributeurs, afin que leur première expérience soit aussi bonne que la sienne.

En tant que présidente du comité pour la sensibilisation à la diversité au PyCon, l'événement annuel de la communauté Python, Jessica a contacté les femmes de son réseau créé autour des technologies dans le but d'augmenter le nombre de femmes intervenant lors de l'événement, ce qu'elle parvint à accomplir puisque leur présence est passée de 1 % en 2011 à 40 % en 2016. Jessica a gagné un prix O'Reilly Open Source Award pour son travail sur la sensibilisation à la diversité au sein de la communauté Python en 2013. Elle a également assuré la coordination du programme de Twisted et Python, Outreachy, qui aide les groupes sous-représentés à s'impliquer dans l'Open Source. C'est grâce à son travail effectué chez DropBox que l'entreprise a pu accroître le nombre de femmes travaillant dans l'ingénierie. Elle est également conseillère technique senior pour une série télévisée de HBO, Silicon Valley.

Lauréate du prix Academic Award 2016

Preeti Murthy

Preeti a remporté le prix Women in Open Source Academic Award 2016 en reconnaissance des contributions qu'elle a apportées à l'Open Source. En tant qu'étudiante de premier cycle, Preeti a fait partie d'une équipe qui initiait les étudiants à l'Open Source. Après avoir obtenu son diplôme de premier cycle, elle a travaillé pendant trois ans en tant que développeuse du noyau Linux. Elle a contribué au code, à la documentation, à des tutoriels, à du contenu libre et à des supports de communication. Preeti compte à son actif près de 60 contributions et révisions dans le domaine de la gestion de l'alimentation des processeurs. Elle s'est portée volontaire pour devenir cotutrice de stagiaires dans le cadre du programme Outreachy. Preeti prépare actuellement un diplôme de deuxième cycle à l'université Carnegie Mellon, où elle travaille avec son équipe à la création d'une chaîne d'outils de programmation qui permettrait de passer des systèmes de collecte d'énergie à l'Open Source.

Découvrez les finalistes de l'année 2016

Community Award

Heidi Ellis
Professeur de sciences de l'informatique et de technologies de l'information, Western New England University
Valerie Aurora
Cofondatrice de l'Ada Initiative et développeuse du noyau Linux
Carrie Anne Philbin
Pionnière de l'enseignement pour la Raspberry Pi Foundation
Julia Lawall
Directrice de recherche à l'Inria

Academic Award

Ankita Shukla
Étudiante, Indian Institute of Technology (IIT)
Divya Upadhyay
Étudiante, National Institute of Technology, Patna, Inde
Lynnette Ng
Étudiante à l'Université nationale de Singapour
Dawn Foster
Doctorante à l'Université de Greenwich

Découvrez les lauréates de l'année 2015

Les premières lauréates et finalistes des Women in Open Source Awards ont contribué à divers projets Open Source dans des domaines variés. Découvrez comment ces femmes suscitent l'inspiration et changent le monde.

Lauréate du prix Community Award 2015

Sarah Sharp

Sarah a remporté le prix Community Award en récompense des efforts qu'elle a mis en œuvre pour améliorer la communication au sein de communautés Open Source et favoriser la participation des femmes. Sarah assure la coordination des tuteurs travaillant sur le noyau Linux® pour le programme Outreachy (anciennement « Outreach Program for Women »), qui aide les groupes sous-représentés à s'impliquer dans des projets de création de logiciels Open Source. Sarah prône l'amélioration de la communication entre les développeurs du noyau et contribue à rendre les communautés Open Source plus civilisées, collaboratives et accueillantes. Sarah a créé le pilote de contrôleur hôte USB 3.0 pour Linux et en assurait la maintenance. Elle a également développé avec un groupe amateur du matériel et des logiciels Open Source pour des fusées (conçus par la communauté Portland State Aerospace Society) et un logiciel Open Source pour gérer l'alimentation du système d'arrosage automatisé de son jardin.

Lauréate du prix Academic Award 2015

Kesha Shah

Kesha, étudiante à plein temps, a remporté le prix Academic Award en reconnaissance de son excellent travail de codage et d'accompagnement effectué parallèlement à ses études en technologies de l'information et de la communication. Elle a participé plusieurs fois au programme Google Summer of Code et a apporté sa contribution à trois organisations Open Source : Systers (Anita Borg Institute), BRL-CAD et STEPcode. Dans le cadre des programmes Season Of KDE, Learn IT Girls! et Google Code-In, Kesha a également accompagné des étudiants du monde entier avant leur entrée à l'université en les aidant à apporter leurs premières contributions à l'Open Source. Elle est actuellement directrice de l'organisation Women Who Code à Gujarat. Kesha a reçu la prestigieuse bourse d'études Google Anita Borg Memorial Asia-Pacific Scholarship ainsi que le prix Anita Borg Pass It On en reconnaissance de son travail effectué auprès de femmes d'âge moyen, notamment des mères dans sa province, auxquelles elle a enseigné les bases de l'informatique et des technologies liées aux smartphones. Kesha a aidé de nombreux étudiants à apporter leurs premières contributions au développement Open Source et a encouragé nombre d'entre eux à devenir des contributeurs réguliers.

Découvrez les finalistes de l'année 2015

Community Award

Shauna Gordon-McKeon
Directrice de programme, OpenHatch
Elizabeth K. Joseph
Ingénieure système, HP
Deb Nicholson
Directrice de la sensibilisation communautaire, MediaGoblin
Karen Sandler
Directrice exécutive, Software Freedom Conservancy

Academic Award

Charul
Indian Institute of Information Technology, Allahabad
Sophia D’Antoine
Étudiante à l'Institut polytechnique Rensselaer
Sciences de l'informatique et ingénierie des systèmes informatiques, diplômes des premier et deuxième cycles
Emily Dunham
Université d'État de l'Oregon
Sciences de l'informatique
Netha Hussain
Government Medical College, Kozhikode, Université de Calicut
Étudiante de premier cycle en médecine et chirurgie

Les noms des lauréates seront annoncés lors du Red Hat Summit au mois de mai.

Téléchargez le règlement complet 2018 [PDF] des Women in Open Source Awards.