Contact
Account Se connecter
Jump to section

Comprendre la virtualisation

Copier l'URL

Les nouveaux logiciels, qu'il s'agisse de systèmes d'exploitation ou d'applications, demandent toujours plus de données, plus de puissance de traitement, plus de mémoire... La virtualisation permet d'utiliser plusieurs machines sur un seul et même système physique, ce qui vous évite d'avoir à investir dans des serveurs ou des postes de travail supplémentaires.

La virtualisation est une technologie qui vous permet de créer plusieurs environnements simulés ou ressources dédiées à partir d'un seul système physique. Son logiciel, appelé hyperviseur, est directement relié au matériel et vous permet de fragmenter ce système unique en plusieurs environnements sécurisés distincts. C'est ce que l'on appelle les machines virtuelles. Ces dernières exploitent la capacité de l'hyperviseur à séparer les ressources du matériel et à les distribuer convenablement. La virtualisation vous aide à tirer le meilleur parti de vos anciens investissements.

Le matériel physique doté d'un hyperviseur est appelé « hôte », tandis que toutes les machines virtuelles qui utilisent ses ressources sont appelées « invités ». Ces invités traitent les ressources de calcul (processeur, mémoire, stockage) à la manière d'un pool de ressources qui peut être déplacé sans difficulté. Les opérateurs peuvent contrôler les instances virtuelles du processeur, de la mémoire, du stockage et des autres ressources, de sorte que les invités reçoivent les ressources dont ils ont besoin, lorsqu'ils en ont besoin.

Migrez votre infrastructure virtuelle vers des solutions Red Hat

Virtualisation des fonctions réseau

Il est possible de créer des réseaux virtuels isolés à partir d'un seul réseau d'origine.

Virtualisation des serveurs

Un seul serveur peut fonctionner comme si vous en aviez deux, ou bien plus.

Virtualisation des systèmes d'exploitation

Un ordinateur peut exécuter plusieurs systèmes d'exploitation différents.

La virtualisation permet aux administrateurs de rassembler leurs ressources physiques pour standardiser leur matériel. Par exemple, si vous disposez d'une infrastructure coûteuse mais capable de prendre en charge un grand nombre d'applications, vous pouvez l'optimiser en la virtualisant.

Les administrateurs ne sont plus obligés d'attendre que chaque application soit certifiée sur le nouveau matériel. Il leur suffit de configurer l'environnement et de migrer la machine virtuelle pour que tout fonctionne comme avant. Pendant les tests de régression, il est possible de créer ou copier un banc d'essai. Vous n'avez donc plus besoin d'y dédier un équipement particulier ou de conserver des serveurs de développement redondants. Et avec la bonne formation et les bonnes connaissances, vous pouvez optimiser ces environnements pour obtenir davantage de capacités et de densité.

Comme vous le savez, la sécurité doit être continue et intégrée. La virtualisation est une solution élégante à de nombreux problèmes de sécurité fréquents. Dans les environnements dont les politiques de sécurité exigent la séparation des systèmes par un pare-feu, ces deux systèmes peuvent sans risque résider sur le même matériel. Dans un environnement de développement, chaque développeur peut aussi disposer de son propre environnement de test, à l'abri des codes non autorisés ou non contrôlés des autres développeurs.

Comme son nom l'indique, le logiciel de gestion de la virtualisation facilite la gestion de la virtualisation. Vous pouvez parfaitement allouer manuellement des ressources aux machines virtuelles, leur faire de la place sur les serveurs, les tester et installer les correctifs le cas échéant. Mais dès que vous divisez un système unique en plusieurs centaines de systèmes, le volume de travail pour en assurer le bon fonctionnement, la mise à jour et la protection est multiplié d'autant.

Par contre, si toutes les machines virtuelles sont liées à un outil de surveillance, de provisionnement ou de gestion, il est possible de migrer les systèmes automatiquement sur un matériel plus adapté en cas de pic d'utilisation ou pendant les périodes de maintenance. Imaginez une ferme de serveurs qui peuvent être réalloués en quelques secondes selon la charge de travail et l'heure. Si une instance invitée se met à consommer plus de ressources que d'habitude, le système de surveillance la déplace sur un autre serveur moins sollicité ou lui alloue plus de ressources à partir d'un pool central.

Il est facile de les confondre, car il s'agit dans les deux cas de l'extraction des ressources du matériel pour créer un environnement utile. Bien que la virtualisation contribue à la création de clouds, elle ne peut pas être assimilée au cloud computing. Le principe est le suivant :

  • La virtualisation est une technologie qui sépare les fonctions du matériel.
  • Le cloud computing est une solution qui dépend de cette séparation.

Le NIST (National Institute of Standards and Technology) définit le cloud computing selon cinq caractéristiques : un réseau, des ressources regroupées en pools, une interface utilisateur, des fonctions de provisionnement ainsi que l'allocation et le contrôle automatiques des ressources. Si la virtualisation crée le réseau et les ressources du pool, il faut également un logiciel de gestion et un système d'exploitation pour créer une interface utilisateur, provisionner les machines virtuelles et contrôler/allouer les ressources.

Parce que la virtualisation n'est pas une fin en soi. Vous devez aussi réfléchir à ce qu'elle peut (ou ne peut pas) faire pour prendre en charge les technologies qui dépendent d'elle.

Les solutions de virtualisation propriétaires limitent l'accès au code source, c'est-à-dire à la clé qui vous permet de configurer votre infrastructure en fonction de vos besoins. Les utilisateurs de ce type de solutions sont souvent liés par des contrats de licence d'entreprise qui renforcent leur dépendance vis-à-vis des éditeurs de logiciels et réduisent leurs capacités à investir dans des technologies modernes telles que le cloud, les conteneurs ou les systèmes d'automatisation.

Les solutions de virtualisation Open Source, quant à elles, octroient aux utilisateurs un contrôle total sur l'infrastructure créée ainsi que sur tous les environnements qui en dépendent. En d'autres termes, vous pouvez la modifier pour travailler avec (ou sans) tel ou tel fournisseur. Et comme le code source vous appartient, pas besoin de contrat de licence pour le protéger.

La virtualisation fournit les ressources que les conteneurs peuvent utiliser. Les machines virtuelles sont des environnements dans lesquels les conteneurs peuvent s'exécuter sans y être forcément liés. Certains logiciels, tels que la solution Red Hat® OpenShift® Virtualization présentée lors du Red Hat Summit 2020, permettent à la fois d'orchestrer des conteneurs et de gérer des machines virtuelles. Toutefois, cela ne signifie pas que ces deux technologies ne font qu'une.

Les machines virtuelles ont des capacités limitées, car les hyperviseurs qui les créent dépendent des ressources finies d'une machine physique. Les conteneurs, quant à eux, partagent le même noyau de système d'exploitation et mettent en paquet chaque application avec son environnement d'exécution de sorte que le paquet final peut être déplacé, ouvert et utilisé aussi bien en développement, qu'en test et en production.

Parce que vous pouvez optimiser l'utilisation du matériel dont vous disposez en exécutant les systèmes auxquels vous êtes habitués sur l'une des infrastructures de virtualisation les plus puissantes au monde.

Nous soutenons le développement de la virtualisation depuis longtemps, en améliorant l'hyperviseur KVM (Kernel-based Virtual Machine) et en contribuant aux projets KVM et oVirt depuis la création de ces deux communautés. Chez Red Hat, nous utilisons nos propres produits pour accélérer l'innovation et faire en sorte que notre environnement d'exploitation soit plus agile et réactif.

Aujourd'hui, l'hyperviseur KVM est au cœur des principales solutions de virtualisation OpenStack® et Linux®. Il est aussi bien parti pour battre le record du nombre le plus élevé de machines virtuelles exécutées avec succès sur un seul et même serveur.

Bien sûr, toutes ces solutions sont Open Source, ce qui signifie qu'elles sont conçues pour tous types de matériel et ont été testées et certifiées sur ceux-ci. Nous avons aussi collaboré avec Microsoft, pour que vous puissiez déployer des machines virtuelles sous Red Hat® Enterprise Linux ou même gérer des centaines de machines virtuelles Windows à l'aide d'un seul produit de virtualisation.

Vous disposez déjà d'une infrastructure virtuelle ?

Pour aller plus loin

Article

Conteneurs et machines virtuelles

Les conteneurs Linux et les machines virtuelles sont des environnements informatiques en paquets qui associent divers composants et les isolent du reste du système.

Article

Une machine virtuelle, qu'est-ce que c'est ?

Une machine virtuelle est un environnement informatique isolé créé par l'abstraction des ressources d'une machine physique.

Article

KVM, qu'est-ce que c'est ?

KVM (Kernel-based Virtual Machine) est une technologie de virtualisation Open Source qui transforme Linux en hyperviseur.

En savoir plus sur la virtualisation

Produits

Red Hat OpenShift Container Platform

Base de cloud hybride cohérente pour la création et la mise à l'échelle d'applications conteneurisées.

Red Hat Openstack Platform

Plateforme de virtualisation du matériel et d'organisation des ressources dans le cloud.

Ressources

Formations

Cours gratuit

Présentation technique de la virtualisation et de la migration d'infrastructure

Illustration - mail

Ce type de contenu vous intéresse ?

Inscrivez-vous à notre newsletter Red Hat Shares.

Red Hat logo LinkedInYouTubeFacebookTwitter

Produits

Outils

Essayer, acheter et vendre

Communication

À propos de Red Hat

Premier éditeur mondial de solutions Open Source pour les entreprises, nous fournissons des technologies Linux, cloud, de conteneurs et Kubernetes. Nous proposons des solutions stables qui aident les entreprises à jongler avec les divers environnements et plateformes, du cœur du datacenter à la périphérie du réseau.

Inscrivez-vous à la newsletter Red Hat Shares.

S'inscrire maintenant

Sélectionner une langue

© 2022 Red Hat, Inc.