Account Connexion
Jump to section

La virtualisation des fonctions réseau, qu'est-ce que c'est ?

Copier l'URL

La virtualisation des fonctions réseau (NFV) permet de virtualiser les services réseau (routeurs, pare-feu, modules d'équilibrage de charge, etc.) traditionnellement exécutés sur du matériel propriétaire. Ces services sont regroupés dans des machines virtuelles sur du matériel standard, ce qui permet aux opérateurs de services de faire fonctionner leur réseau sur des serveurs standard, plutôt que propriétaires. Ils constituent l'un des principaux composants d'un Telco Cloud, qui métamorphose actuellement le secteur des télécommunications.

Avec la NFV, vous n'avez pas besoin de matériel spécifique pour chaque fonction réseau. Elle améliore l'évolutivité et l'agilité, puisqu'elle permet aux opérateurs d'offrir de nouveaux services et applications réseau à la demande, sans ressources matérielles supplémentaires.

L'architecture NFV proposée par l'Institut européen des normes de télécommunications (ETSI) aide à définir les normes pour la mise en œuvre de la virtualisation des fonctions réseau. Chaque composant de l'architecture repose sur ces normes afin d'offrir un niveau de stabilité et d'interopérabilité supérieur.

Une architecture NFV comprend les éléments suivants :

  • Les fonctions réseau virtualisées (VNF) sont des applications logicielles qui fournissent des fonctions réseau, telles que le partage de fichiers, les services d'annuaire et la configuration d'IP.
  • L'infrastructure de virtualisation des fonctions réseau (NFVi) consiste en un ensemble de composants d'infrastructure (calcul, stockage, réseau) sur une plateforme, qui prend en charge des logiciels, par exemple un hyperviseur tel que KVM, ou une plateforme de gestion de conteneurs, nécessaire pour exécuter des applications réseau.
  • Le composant de gestion, d'automatisation et d'orchestration réseau ou MANO (Management, Automation and Network Orchestration) fournit la structure permettant de gérer l'infrastructure NFV et le provisionnement de nouvelles fonctions réseau virtualisées.

La virtualisation des fonctions réseau et la mise en réseau logicielle ne sont pas dépendantes l'une de l'autre, mais elles se ressemblent sur certains points. En effet, ces deux approches reposent sur la virtualisation et l'abstraction du réseau. Par contre, leur manière de séparer les fonctions et de dissocier les ressources diffère. 

La SDN sépare les fonctions de mise en réseau des fonctions de contrôle du réseau, dans le but de centraliser la gestion et la programmation du réseau. La NFV permet de dissocier les fonctions réseau du matériel. Elle fournit l'infrastructure sur laquelle la SDN s'exécute. 

En fonction de vos objectifs, vous pouvez associer NFV et SDN sur du matériel standard. Avec ces deux approches, vous pouvez créer une architecture réseau plus flexible et programmable, qui utilise les ressources plus efficacement.

Avec la NFV, les opérateurs peuvent exécuter des fonctions réseau sur du matériel standard plutôt que sur du matériel spécialisé. De même, puisque les fonctions réseau sont virtualisées, un seul serveur permet d'exécuter plusieurs fonctions. Vous avez donc besoin de moins de matériel physique, ce qui permet de consolider les ressources et ainsi de réduire l'encombrement, la consommation d'électricité et les coûts totaux. 

Avec la NFV, les opérateurs peuvent exécuter des fonctions réseau virtualisées sur différents serveurs ou les déplacer selon les besoins lorsque la demande change. Cette flexibilité leur permet d'accélérer la distribution des services et applications. 

Par exemple, si un client demande une nouvelle fonction réseau, l'opérateur peut mettre en route une nouvelle machine virtuelle. Ensuite, lorsque la fonction n'est plus nécessaire, il peut la désactiver. Cela constitue également une manière peu risquée de tester la valeur d'un nouveau service potentiel.

Pour moderniser leurs réseaux, les opérateurs déplacent les charges de travail et les services depuis le cœur du réseau (les datacenters) vers la périphérie, autour de points de présence et de bureaux centraux. Ainsi, la distribution des services aux abonnés est plus efficace grâce à une latence réduite et une bande passante supérieure.

La solution de virtualisation des fonctions réseau de Red Hat est le fruit de sa contribution notable aux projets OpenStack, KVM et DPDK et de l'apport des nombreux partenaires certifiés de l'écosystème Red Hat.

La solution de virtualisation des fonctions réseau de Red Hat est Open Source et basée sur des normes, ce qui vous permet de disposer d'une base solide et interopérable sur laquelle fonder vos projets.

Pour aller plus loin

ARTICLE

Conteneurs et machines virtuelles

Les conteneurs Linux et les machines virtuelles sont des environnements informatiques en paquets qui associent divers composants et les isolent du reste du système.

ARTICLE

Une machine virtuelle, qu'est-ce que c'est ?

Une machine virtuelle est un environnement informatique isolé créé par l'abstraction des ressources d'une machine physique.

ARTICLE

KVM, qu'est-ce que c'est ?

KVM (Kernel-based Virtual Machine) est une technologie de virtualisation Open Source qui transforme Linux en hyperviseur.

En savoir plus sur la virtualisation

Produits

Red Hat OpenShift Container Platform

Base de cloud hybride cohérente pour la création et la mise à l'échelle d'applications conteneurisées.

Red Hat Openstack Platform

Plateforme de virtualisation du matériel et d'organisation des ressources dans le cloud.

Ressources

Formations

Cours gratuit

Présentation technique de la virtualisation et de la migration d'infrastructure

Illustration - mail

Ce type de contenu vous intéresse ?

Inscrivez-vous à notre newsletter Red Hat Shares.