Transformation numérique

Qu'est-ce que la transformation numérique ?

La transformation numérique est le résultat de l'adoption par les entreprises de méthodes de travail novatrices basées sur les avancées technologiques. Pour une entreprise, il s'agit d'évoluer en profondeur grâce à des outils numériques et d'adopter de nouvelles technologies (et potentiellement une nouvelle culture) afin de remplacer ou d'améliorer les anciennes. La transformation numérique n'est ni une solution, ni un produit que vous pouvez acheter : elle concerne tout ce qui a trait à l'informatique, dans tous les secteurs.

L'absence ou la défaillance des technologies a souvent plus d'impact que leur présence, car notre monde est numérique et nous attendons de la technologie qu'elle fonctionne, en toute transparence. La plupart du temps, c'est le cas. Nos smartphones nous fournissent toutes les données dont nous avons besoin pour rester productifs toute la journée : outils de traitement de texte, calendriers, notifications de consommation d'énergie, informations sur les transports publics, services de livraison de repas, prévisions météo et bien d'autres encore. C'est lorsque la technologie fait défaut que l'on se rend compte de son absence. Par exemple, lorsqu'il faut attendre au péage pour payer en liquide parce qu'aucune borne automatique n'a été installée sur cette portion d'autoroute ; ou lorsqu'il faut se rendre à la mairie pour récupérer un document qui aurait dû être disponible en ligne ; ou encore lorsqu'une solution d'audioconférence se met à dysfonctionner pour la énième fois.

C'est pour toutes ces raisons que les entreprises se doivent d'investir dans des technologies qui simplifient la vie de leurs employés et de leurs clients. Cela dit, les solutions cloud, les applications mobiles et les technologies proposées sous la forme de services requièrent de nouveaux systèmes de stockage, d'analyse, d'automatisation et de gestion. Une innovation en appelle une autre ; les nouvelles technologies permettent d'optimiser les processus qui, à leur tour, améliorent la qualité des produits et des services. Aussi, les clients s'habituent à un certain confort au quotidien et ne cessent de demander de nouvelles améliorations.

Le principe est le suivant :

  • Les produits, comme les rapports papier rangés dans des caissons, se sont changés en bits et en octets stockés dans des conteneurs dans un cloud. Ainsi, le caisson lui-même s'est dématérialisé pour devenir un logiciel.
  • Les services d'hôtellerie ont été remplacés par des chambres vacantes (on en reparlera plus bas) et au lieu de louer une voiture, vous pouvez réserver un chauffeur sur votre smartphone.
  • Les processus tels que le modèle en cascade ont évolué en pratiques DevOps où les équipes travaillent de façon itérative.

Pour résumer, la transformation numérique a pour but de vous simplifier la vie grâce aux logiciels.


Petite histoire de la transformation numérique

La technologie transforme notre quotidien depuis des dizaines (Internet), des centaines (l'imprimerie), voire des milliers (la roue) d'années. La création d'applications logicielles, la construction d'infrastructures informatiques et le déploiement de processus métier ne datent pas d'hier. Tous les magazines techniques, de Business Insider à Wired, ont un jour consacré un article à la transformation numérique. La MIT Sloan School of Management a même lancé une initiative sur l'économie numérique.

Mais, la croissance exponentielle des technologies a tout de même une origine. Elle commence avec l'apparition de l'infrastructure qui est devenue la base de toutes les applications qui ont transformé les processus métier. Ainsi, tout est lié : l'infrastructure détermine le choix des applications qui, à leur tour, déterminent le choix des processus. Voyons cela plus en détail ci-dessous.

Infrastructure

Transformation numérique de l'infrastructure

L'infrastructure informatique est le premier maillon de la transformation numérique. Les mainframes ont évolué en serveurs, qui sont devenus des réseaux, qui ont entraîné l'apparition du cloud et, aujourd'hui, des environnements hybrides. Toutefois, toutes les entreprises n'ont pas immédiatement ressenti le besoin d'adopter ces dernières infrastructures novatrices.

Tout a commencé avec les mainframes. Nos anciennes machines ont révolutionné le traitement des données en multipliant par deux le volume de calculs par minute. Mais cette technologie n'a pas tout de suite été adoptée pour autant. Les mainframes ont d'abord fait leur entrée dans différents gouvernements qui les ont utilisés pour réduire la durée des recensements de 12 ans à une année et demie.

Lorsque les serveurs se sont assemblés en réseaux, en particulier quand le World Wide Web s'est installé sur un serveur de 2 Go en 1991, les entreprises qui voulaient rester dans la course ont dû adapter leur infrastructure. Toutes les entreprises qui voulaient s'afficher sur Internet devaient se doter d'un serveur. Aujourd'hui, les serveurs hébergent des réseaux intranet qui prennent en charge des clouds privés, se connectent à Internet pour prendre en charge les clouds publics et peuvent même être compatibles avec ces deux technologies grâce aux clouds hybrides.

Applications

Transformation numérique des applications

L'infrastructure héberge les applications. Aujourd'hui, les applications sont monnaie courante dans les entreprises, mais ça n'a pas toujours été le cas. Elles ont fait leur entrée sur le marché à peu près au moment où les serveurs se sont démocratisés dans les entreprises. (Vous imaginez ? La nouvelle infrastructure informatique n'était pas encore totalement mature quand cette technologie révolutionnaire a fait son apparition.)

Au début, il s'agissait d'applications monolithiques : 1 application pour 1 serveur. Pour ajouter une nouvelle application, il fallait installer un nouveau serveur. Un seul équipement suffisait souvent pour la gestion des entrées, des sorties et du traitement. La portée d'une application était limitée par la place disponible dans l'entreprise. Le nombre et la qualité des applications dépendaient donc de la place que l'entreprise pouvait consacrer aux serveurs.

Certains de ces monolithes ont donné naissance aux architectures multiniveaux, qui séparent les différentes fonctions de l'architecture et permettent ainsi à un serveur unique de traiter les besoins de plusieurs applications. D'après le modèle client-serveur, les requêtes de processus étaient regroupées sur deux niveaux exécutés sur des systèmes client (niveau 1) connectés aux serveurs (niveau 2). Aujourd'hui, certaines applications multiniveaux ont été remplacées par des microservices qui décomposent les applications en composants plus petits.

De nos jours, nombre d'entreprises se basent sur une application unique, tandis que la plupart des processus métier (logistique, fabrication, recherche, développement, gestion) dépendent entièrement des applications. Les applications doivent d'abord leur essor à l'arrivée des serveurs sur le marché, puis à l'évolution des architectures applicatives. Aujourd'hui, ces architectures continuent d'évoluer et de transformer les processus métier.

Processus

Transformation numérique des processus

À première vue, les processus métier ne semblent pas être de nature transformationnelle. Après tout, comment un workflow totalement abstrait pourrait-il être numérique ? Eh bien, en pratique, ils le deviennent à cause des systèmes dont ils dépendent.

L'approche en cascade permettait à un groupe de chercheurs, développeurs ou opérateurs, d'utiliser une machine à n'importe quel moment. Il s'agissait d'un processus lent qui ne donnait lieu qu'à quelques mises à jour du code par an. Ceci était dû au fait qu'il fallait un mainframe complet pour exécuter, par exemple, les calculs très complexes qui permettaient de déterminer l'entrée en orbite des astronautes. Avec une fréquence de calcul de 2 000 opérations par minute, contre 1 000 000 000 000 000 (vous ne rêvez pas, il s'agit bien d'un 1 suivi de quinze 0) aujourd'hui, le processus pouvait prendre plusieurs jours. En plus d'être lents, ces mainframes étaient bien plus chers et encombrants que nos machines actuelles. Aussi, même si vous aviez les moyens d'acquérir plusieurs mainframes, vous n'aviez pas forcément la place pour les installer, sachant qu'ils occupaient plus de 30 mètres carrés l'unité. Pour faire face à la demande en hausse avec aussi peu de matériel, il fallait recourir à d'autres options en plus de la méthode en cascade.

Le traitement multiniveau augmentait l'agilité des processus de développement, mais les équipes de développement et d'exploitation travaillaient toujours chacune de leur côté. Ce n'était pas forcément une mauvaise chose, mais chaque équipe nécessitait un workflow et un environnement différents. De plus, cette approche présentait quelques difficultés. Prenons l'exemple suivant : un développeur crée une application dotée de fonctions très intéressantes. Malheureusement, ces fonctions monopolisent une grande partie des ressources disponibles, ce à quoi le développeur n'a pas pensé, car la mise en œuvre incombe à l'équipe d'exploitation. De son côté, l'équipe d'exploitation a besoin de mesurer les ressources utilisées par une application, ce qui implique que le développeur doit ajouter du code dans l'application, en prenant le risque qu'il ne s'intègre pas correctement.

Avec les microservices et les conteneurs, basés sur les processus DevOps, ces problèmes ne se posent plus. En effet, ces technologies permettent aux deux équipes de collaborer plus étroitement et de travailler de façon itérative sur les différents composants à l'aide d'outils cohérents et de codes qu'il est possible de migrer au besoin entre les équipes et les environnements.


Adoption de la transformation numérique

L'avantage (et l'inconvénient) de la transformation numérique est qu'il n'existe pas de solution simple et unique. Les changements technologiques que vous devrez effectuer demain dépendront des technologies que vous utilisez aujourd'hui.

Alors, où en êtes-vous ? Votre entreprise s'appuie-t-elle encore sur des piles monolithiques de logiciels classiques ? Vos développeurs travaillent-ils déjà dans un environnement de cloud public ? Peinent-ils à rapatrier leurs applications en interne ? Vos responsables métier sont-ils prêts à prendre leurs propres décisions en matière de technologie au lieu de compter sur les autres ? Quelle que soit votre situation, votre point de départ

sera différent de celui des autres entreprises, car il n'existe pas de modèle, de playbook, ni de feuille de route universels. Un artiste n'innove pas en formant un comité ni en suivant un modèle. C'est pareil pour un informaticien. Votre entreprise aura peut-être besoin de repenser ses logiciels, ses méthodes de développement, ses processus métier ou le rôle de ses employés. Il se peut aussi qu'elle dispose déjà d'une bonne architecture et qu'il ne lui manque que quelques fonctionnalités.

Dans tous les cas, la transformation numérique s'effectue sur le long terme. Elle implique des changements culturels et technologiques durables qui permettront à votre activité de ne pas s'essouffler avec le temps. Pas besoin de bouleverser vos habitudes du jour au lendemain ; une évolution progressive, incrémentielle et itérative suffit. Il suffit d'apprendre à connaître chaque nouvelle technologie avant qu'elle ne devienne incontournable sur le marché. Vous n'échapperez pas à ce bouleversement, et ce, quel que soit le secteur dans lequel vous évoluez.


La transformation numérique : une révolution

La transformation numérique représente l'avancée inexorable de la technologie. Plusieurs facteurs peuvent déclencher une telle révolution et bien souvent, elle semble survenir de nulle part.

Prenons l'exemple du secteur hôtelier, qui a subi de nombreux changements radicaux. Au début, pour trouver un hôtel, il fallait parcourir la ville à la recherche d'un panneau « Chambres libres ». L'annuaire téléphonique a probablement été le premier à révolutionner le secteur, car les hôtels qui y figuraient avaient un avantage sur les autres. Deuxième révolution : Internet. Les internautes favorisaient naturellement les hôtels qui disposaient d'un site Web. Ensuite, certaines agences de voyages en ligne ont eu l'idée de proposer la réservation des voyages et des hébergements sur un même site à l'aide d'une interface de programmation d'application (API). Il s'agit de la troisième révolution. Les hôtels qui ont adopté les API standard et se sont associés aux agences de voyages en ligne en ont tiré parti*. La quatrième révolution, toujours en cours, a été provoquée par l'arrivée des téléphones portables et de l'économie collaborative qui bouleverse totalement le secteur hôtelier. Les touristes peuvent désormais se passer d'hôtel et louer le canapé, la chambre, l'appartement ou la maison d'un autre particulier.

Les outils novateurs donnent naissance à des idées novatrices, qui provoquent à leur tour l'apparition de pratiques novatrices. Quand on y réfléchit, les téléphones portables existaient avant l'avènement de l'économie collaborative. Les API ont permis d'atteindre une nouvelle clientèle sur laquelle ont misé les comparateurs de voyages en ligne. Les téléphones portables ont simplifié l'accès aux clients et certains propriétaires y ont vu l'opportunité de tirer des revenus de leurs biens. Certaines technologies étrangères à un marché donné (ici, les API et les téléphones portables) peuvent ouvrir ce marché à la concurrence (comparateurs de voyages en ligne et applications d'économie collaborative). Vous voyez ? La boucle est bouclée.

An Incumbent's Guide to Digital Disruption.
Source : Chris Bradley et Clayton O'Toole, An Incumbent's Guide to Digital Disruption, McKinsey Quarterly, mai 2016.
* En quelque sorte, car les comparateurs, qui sont apparus grâce aux API, ont provoqué une course aux prix les plus bas. Certains établissements en ont profité, mais les autres y ont surtout perdu de l'argent. Cependant, il valait mieux réduire ses prix que passer à côté de clients potentiels. Cette révolution illustre parfaitement les deux points suivants :
  1. La technologie transforme les attentes de la clientèle.
  2. Les nouvelles technologies ne profitent pas toujours aux marchés et aux entreprises où elles font leur apparition. Parfois, elles ne profitent qu'aux clients finaux.

Avantages d'une collaboration avec Red Hat

Le Big Data, le cloud, les conteneurs : toutes les technologies sur lesquelles s'appuie la transformation numérique sont Open Source. Hadoop, le plus gros projet de mise en œuvre du Big Data, est basé sur une technologie Open Source. Le système d'exploitation mobile le plus répandu est basé sur Linux. Les systèmes de conteneurs les plus importants, Kubernetes et Moby, sont Open Source. Les fournisseurs de cloud public leader sur le marché utilisent des logiciels Open Source et la solution de cloud privé la plus répandue est OpenStack®.

Si la transformation numérique représente l'évolution par la technologie et que les technologies à l'origine de la transformation numérique sont Open Source, alors la transformation numérique est par définition Open Source.

La bonne nouvelle, c'est que nous aussi.


Tous les éléments requis pour gérer votre transformation numérique

Red Hat Open Innovation Labs

Stage auprès d'experts Red Hat ayant pour objectif de vous former à l'utilisation d'une méthodologie agile et d'outils Open Source en vue de résoudre les problèmes liés à votre transformation numérique.

Red Hat Consulting

Nos conseillers stratégiques vous aident à aller au bout de vos ambitions, quelle que soit votre situation actuelle, grâce à des solutions complètes et abordables.

Vous ne savez pas encore tout sur la transformation numérique…