Contact
Account Se connecter
Illustration of security badge with 1 and 0's and webpapges behind
Raccourcis

Une menace interne, qu'est-ce que c'est ?

Copier l'URL

Une menace interne est une fuite ou une mauvaise utilisation, accidentelle ou intentionnelle, de données qui peuvent être utilisées à des fins malveillantes ou consultées par des individus qui ne devraient pas y avoir accès. 

Les menaces internes font partie des menaces de sécurité les plus courantes au sein des entreprises, et elles sont le plus souvent le fait d'individus ordinaires qui commettent des erreurs ordinaires.

Pas envie de lire ? Regardez plutôt cette courte vidéo sur les menaces internes.

Tout dépend de l'ampleur de la menace. Vous pouvez cumuler plusieurs fois de petites erreurs sans qu'il ne se passe rien, ou commettre une seule erreur qui entraîne la divulgation d'un secret commercial avec des conséquences potentiellement dramatiques.

Certaines menaces internes peuvent faire tomber des entreprises entières, mettre des individus dans l'embarras, menacer la sécurité de clients ou de partenaires commerciaux, coûter beaucoup d'argent ou compromettre la sécurité d'un pays ou d'une infrastructure essentielle. Il suffit de saisir le terme anglais « insider threat » dans n'importe quel moteur de recherche pour trouver une dizaine d'articles d'agences fédérales américaines sur les risques liés aux menaces internes :

Même notre propre entreprise, vrai leader des logiciels Open Source convaincu que tout devrait être ouvert, montre une certaine appréhension à l'égard des menaces internes. Conformément à notre modèle de développement Open Source, les versions de Red Hat® Enterprise Linux® sont mises à disposition via la communauté Open Source CentOS Stream, mais seulement après de multiples révisions, tests et processus de contrôle qualité.

Parce que, contrairement à la croyance populaire, la plupart des menaces internes ne sont pas le fait d'anciens membres de l'entreprise mal intentionnés. Ce sont le plus souvent des erreurs commises par des personnes normales, comme vous et nous.

Vous n'avez probablement pas l'intention de devenir un vecteur de menace. Et vous n'imaginez même pas votre potentiel destructeur. Songez pourtant à toutes les informations précieuses auxquelles vous avez légitimement accès au quotidien : propriété intellectuelle, processus d'ingénierie logicielle, informations d'identification aux réseaux ou encore renseignements sur les performances de l'entreprise.

C'est pourquoi il est important de prêter attention aux questions qui sont posées à la fin de vos cours d'éthique d'entreprise. Ne les négligez pas et prenez plutôt vraiment le temps d'y réfléchir. Elles vous aideront à détecter les menaces internes à l'avenir.

  • Quels sont les indicateurs d'une menace interne potentielle ?
  • Dans quel scénario faut-il signaler une menace interne ?
  • Combien d'indicateurs de menace interne potentielle pouvez-vous repérer ?

Les vecteurs de menaces internes se classent dans trois grandes catégories :

  • Initié malveillant : individu qui cherche activement à nuire ou à tirer profit du vol de données ou de la perturbation des services.
  • Lanceur d'alerte : individu qui pense que l'entreprise n'agit pas convenablement.
  • Utilisateur : individu qui commet simplement une erreur.

Accidents

Ce type de menace mérite sa propre catégorie, car il est très courant. Les menaces internes accidentelles se produisent lorsque, par exemple, un service essentiel est interrompu après qu'un individu a contourné les procédures de modification, divulguant accidentellement des informations d'identification ou des données client sur Internet.

Logiciels malveillants

Un logiciel malveillant est destiné à nuire à l'utilisateur. Il touche non seulement l'ordinateur ou l'appareil qu'il infecte en premier, mais potentiellement aussi tous les appareils avec lesquels celui-ci communique.

Vol de données

Cette pratique délibérée et malveillante consiste à trouver et à supprimer ou à retirer des données sensibles de référentiels cloud, matériels ou logiciels. Également nommée « fuite de données ».

Demande d'informations

Forme d'ingénierie sociale, cette technique de manipulation vise à glaner des informations privées auprès d'initiés dans le cadre de conversations qui semblent anodines.

Enfin, il y a l'hameçonnage, ou « phishing ». Autre forme d'ingénierie sociale, ce type d'attaque consiste à tromper un utilisateur pour l'inciter à fournir des informations sensibles ou des données personnelles au moyen, par exemple, d'un e-mail frauduleux ou d'une escroquerie. Si un initié est à l'origine d'un hameçonnage, il s'agit d'une menace interne. Si l'instigateur est une personne externe à l'entreprise (et qu'il agit par exemple à l'aide d'un logiciel malveillant), l'attaque entre dans une autre catégorie de menace pour la sécurité.

La sécurité est l'affaire de tous. Les équipes de sécurité peuvent assurer l'application des politiques de sécurité et aider chacun à faire plus attention aux protocoles de sécurité, mais il ne faut pas uniquement compter sur ces seuls spécialistes.

Il existe toujours des systèmes de protection, qu'il y ait ou non des contrôles de sécurité, des équipes d'intervention en cas d'urgence informatique ou des programmes de lutte contre les menaces internes au sein de l'entreprise. C'est comme toutes ces agences locales, étatiques, fédérales et internationales qui sont responsables de la cybersécurité et des stratégies antitrust.

Si la façon la plus évidente de se protéger contre les menaces internes reste la maintenance continue des autorisations d'accès et des pare-feu pour éviter les pertes de données, vous devez également tenir compte des quatre points suivants pour que votre équipe de sécurité soit pleinement efficace :

  • Formation : les équipes de sécurité peuvent réduire les risques de menaces externes et d'attaques internes en enseignant simplement à leurs collègues à accomplir leurs tâches en toute sécurité ou en insistant sur leur pouvoir et leurs responsabilités. En expliquant aux initiés qu'un grand nombre de signalements ne constitue pas une menace, on peut créer un sentiment de communauté et faire en sorte que l'équipe de sécurité existe en tant que partenaire, et non en tant que juge suprême.
  • Sécuriser par défaut : il s'agit de la méthode de sécurisation la plus directe. Tout est verrouillé et l'accès devient l'exception à la règle. Il est plus facile d'agir correctement quand la méthode la plus simple est aussi la plus sûre. La sécurité par défaut ressemble au contrôle d'accès basé sur les rôles et elle équivaut à fournir ce dont un utilisateur a besoin en suivant le principe du moindre privilège.
  • Bonne communication : encouragez les membres de vos équipes à vous parler. Cela les incitera à vous dire la vérité, toute la vérité et (idéalement) avant qu'il ne soit trop tard. Présentez-vous comme un partenaire, un collègue qui vérifie que les tâches sont effectuées en toute sécurité.
  • Humilité : n'oubliez pas que l'être humain est une créature imparfaite. Vous n'êtes pas un juge suprême. Vous jouez plutôt le rôle du pompier, qui corrige les problèmes. Ne vous focalisez pas sur le fait qu'une erreur a été commise. En sanctionnant systématiquement les erreurs, vous risquez de créer une culture de la peur et de la réticence, où les individus attendent la dernière minute pour signaler les problèmes.

Parce que nous nous basons sur les communautés Open Source en amont pour créer des logiciels d'entreprise renforcés, testés et distribués de manière sécurisée. Nos produits d'entreprise sont Open Source et vous pouvez les utiliser pour créer, gérer et automatiser la sécurité dans les clouds hybrides, les chaînes d'approvisionnement, les applications et pour éviter les erreurs humaines.

Keep reading

ARTICLE

Le DevSecOps, qu'est-ce que c'est ?

Si vous souhaitez tirer pleinement parti de l'agilité et de la réactivité d'une approche DevOps, vous devez également intégrer la sécurité informatique au cycle de vie complet de vos applications.

ARTICLE

Quelles sont les spécificités de la sécurité dans le cloud ?

Les préoccupations en matière de sécurité de haut niveau affectent les systèmes informatiques traditionnels et cloud. Découvrez quelles sont les différences.

ARTICLE

Le SOAR, qu'est-ce que c'est ?

Le SOAR fait référence à trois capacités logicielles clés qu'utilisent les équipes de sécurité : la gestion des cas et des workflows, l'automatisation des tâches et la centralisation de l'accès, de l'interrogation et du partage des renseignements sur les menaces.

En savoir plus sur la sécurité

Produits

Structure de sécurité qui gère les identités des utilisateurs et préserve la confidentialité des communications.

Solution de sécurisation des conteneurs native pour Kubernetes et adaptée aux entreprises, qui permet de créer, de déployer et d'exécuter des applications cloud-native de manière sécurisée.

Service d'analyses prédictives qui aide à identifier et à écarter les menaces qui compromettent la sécurité, les performances et la disponibilité de votre infrastructure Red Hat.

Console unique pour le contrôle des clusters et applications Kubernetes, avec des politiques de sécurité intégrées.

Ressources

Illustration - mail

Ce type de contenu vous intéresse ?

Inscrivez-vous à notre newsletter Red Hat Shares.